La candeur des Babyloniens

 

tn_photogramme10

Printemps 1930, un train de luxe longe le Danube en direction de Budapest.
Enfermée dans la bulle de champagne d’une idylle naissante, une modeste danseuse anglaise va pourtant influencer le destin d’un homme politique Roumain de retour d’exil…

Cette histoire de rencontre inattendue dans un train traversant le continent d’avant-guerre me permet de parler de l’Europe d’aujourd’hui. Cette Europe est comme un collage d’identités, de paysages, de langues… Un collage qui tourne parfois à la rencontre violente, parfois aussi à la grâce.

Dans notre monde qui confond la réalité avec la vérité, mon projet clame tout le long son artifice.
L’irréel de la perception, le mensonge de la réalité, mais la vérité du besoin de lien et d’échange.

Ainsi l’illusion reste la locomotive de ce récit.
L’illusion d’inertie et de mouvement dans un train.
L’illusion de soi et des autres.
L’illusion des images, du cinéma.

Bogdan Hatisi

Joséphine de Meaux dans le rôle de La Danseuse Anglaise et Amy Peters
Bastien Ehouzan dans le rôle du Vieux Médecin
Jean-Luc Vincent dans le rôle de l’Homme d’Affaires
Manu Laskar dans le rôle du Pasteur Américain
Cécile Rist dans le rôle de l’Elégante et de l’Autrichien
Jean-Baptiste Puech dans le rôle de l’Ecrivain et de Edward Peters

produit par Claire Burnoud et Olivier Séror musique originale Vladislav Galard montage Charlotte Soyez Anaïs Albanese image Alan Guichaoua Valentine Poutignat Vfx et étalonnage Matthieu Schmit Alex Forge son Olivier Pelletier Damien Boitel Gilles Benardeau décors Héléna Cisterne costumes et accessoires Agathe Laemmel Atelier 74*Et-toiles allure et maquillage Isabelle Catalan coiffes et masques Charlotte Laemmel graphisme Gaëlle Faure

19 minutes – DCP – 16/9 – 5.1

La collecte est terminée... et reussie !